Quel est l’avenir du réseau des CPE suite aux coupures annoncées par le gouvernement libéral ?

Montréal, jeudi le 12 juin 2014 – Une semaine après avoir été frappé par des coupures historiques, le réseau des CPE et des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, représenté par l’Association québécoise des CPE (AQCPE), n’arrive toujours pas à s’expliquer les réelles motivations derrière les décisions du gouvernement.

Le gouvernement libéral veut-il préserver le réseau des CPE ?

L’AQCPE s’inquiète de la volonté du gouvernement libéral de préserver le réseau des CPE en raison de leurs récentes décisions, qui l’hypothèquent sérieusement. Dans son premier budget, le gouvernement a choisi de lourdement toucher le réseau des services de garde par une série de coupures qui auront des impacts majeurs. À titre d’illustration, les coupures du budget 2014-2015 représentent l’équivalent du salaire d’une éducatrice pour un CPE de 60 places.

« C’est malheureusement un film dans lequel notre réseau joue maintenant depuis quelques années : le gouvernement coupe d’abord sans consulter et promet ensuite une discussion sur des mesures structurantes pouvant assurer la pérennité des services aux familles. Pourtant, la très grande majorité de gestionnaires de CPE consultés se rallie à l’ensemble des recommandations du rapport Boisvert publié sous le gouvernement précédant, qui identifiait 24 pistes de solutions porteuses d’une plus grande efficience dans la gestion de fonds publics. Il est désolant de devoir chaque année recommencer une analyse exhaustive sans pouvoir mettre en place d’une manière définitive des mesures structurantes et permanentes » a déclaré Hélène Gosselin, présidente de l’AQCPE.

Le gouvernement annonçait hier la création de la Commission de révision permanente des programmes, qui sera présidée par l’honorable Lucienne Robillard. « Nous demandons formellement à la ministre de la Famille de nous confirmer que l’AQCPE sera invitée à participer aux travaux de cette commission. Nous y défendrons encore une fois la rentabilité économique et sociale de notre réseau avec des données empiriques et poursuivrons dans les sillons du rapport Boisvert » a déclaré Louis Senécal, directeur général de l’AQCPE.

Les garderies commerciales seront-elles favorisées ?

Par ailleurs, l’AQCPE s’inquiète de la possibilité que le gouvernement choisisse, comme par le passé, de favoriser le développement en garderies commerciales. Depuis 2003, la croissance des garderies commerciales à 7$ a été de 76 % pendant que la croissance des garderies commerciales non subventionnées a connu une croissance de plus de 2 779 % sur la même période.

Pourtant, d’inquiétantes statistiques soulèvent des doutes quant à la qualité des services qui y sont dispensés grâce aux fonds publics. « Avec un taux d’une plainte à l’heure en provenance des parents desservis par les garderies commerciales, la population ne souhaite certainement pas que les fonds publics servent à financer davantage des garderies cumulant près de 90 % de toutes les plaintes liées à la santé et sécurité des enfants et 70 % des plaintes, toutes catégories confondues »  a conclu M. Senécal, directeur général de l’AQCPE.