Tournée de mobilisation dans la région de l'Estrie

« Nous sommes résolus à poursuivre la mobilisation tant et aussi longtemps que le gouvernement ne répondra pas à la demande des familles du Québec »

Sherbrooke, 1er février 2016 — L’AQCPE est de passage aujourd’hui en Estrie dans le cadre de la mobilisation nationale pour faire reculer le gouvernement concernant les compressions de 120 M$ dans le réseau des services de garde éducatifs. Louis Senécal, président-directeur général, s’est joint ce matin aux nombreux parents et CPE de la région présents pour former une chaîne humaine au CPE Carrosse-Citrouille.

« Parents, grands-parents,éducatrices, directrices générales et représentants du regroupement des CPE de la région ont uni leur voix pour faire valoir la nécessité de préserver un réseau dont la qualité est largement reconnue par les experts. Partout au Québec, la population est mobilisée et résolue à poursuivre en ce sens tant et aussi longtemps que le gouvernement ne répondra pas à la demande des familles de placer le développement de la petite enfance et la qualité des services au cœur de leurs priorités. Ce que nous demandons, c’est l’annulation des coupes pour 2016-2017 », a affirmé M. Senécal.

De nombreuses actions sont en cours de déploiement et se poursuivront dans les prochaines semaines : lettres de parents et de directrices de CPE aux élus, appels à leur bureau de circonscription, pétition, entrevues dans les médias nationaux et locaux, rassemblements et manifestations sur l’ensemble du territoire québécois, messages sur les réseaux sociaux, etc. Aucun effort ne sera ménagé. Cela pourra même aller jusqu’à des interruptions de services ponctuelles dans les CPE.

Une communauté mobilisée pour la qualité

Pour Vincent Beaucher, père d’un enfant et président du conseil d’administration du CPE Carrosse-Citrouille, l’incompréhension est totale. « Les CPE sont un des moyens qu’on s’est donnés pour réaliser nos ambitions en tant que société. De l’éducatrice à la cuisinière, de la gestionnaire à l’homme à tout faire, chacun des membres du personnel joue un rôle important dans un CPE, tout en ayant à coeur le développement de nos enfants qui viennent ici tous les jours. Malheureusement, ce qui se passe dans le réseau depuis maintenant près de 10 ans envoie un signal bien négatif de l’apport indéniable que ces acteurs jouent dans la vie de nos enfants. Souhaitons que nos élus partagent notre vision en reconnaissant la place importante qu’occupent les CPE dans la société québécoise. »

Même son de cloche du côté de Étienne Hudon-Gagnon, père de deux enfants et administrateur au CPE Pop soleil. « En temps normal, nous serions ici aujourd’hui pour demander des sommes supplémentaires parce que déjà, les budgets sont plus serrés que jamais. Les compressions prévues par le gouvernement auront des impacts majeurs et mettront une des missions les plus importantes des CPE en péril : celle de prévenir les difficultés d’apprentissage. Pour le CPE Pop-Soleil, cela représente une coupure pouvant aller jusqu’à 85 000 $, soit près de 12 % de nos revenus. C’est un poste d’éducatrice de moins par jour, c’est une baisse importante du nombre d’heures à la cuisine, c’est une baisse importante du nombre d’heures à l’administration. Inutile de vous dire que c’est une situation intenable pour la qualité des services qui sont offerts à nos enfants. »

Le Regroupement des CPE de l’Estrie a bien l’intention de participer activement à la mobilisation. « Aujourd’hui, nous avons la preuve que se sont aussi les partenaires et l’ensemble de la population qui soutiennent le réseau des CPE. D’autres chaines sont prévues dans les prochaines semaines et il y aura un rassemblement le dimanche 7 février prochain au parc Jacques Cartier de 10 h à midi. La population est invitée à venir se joindre à nous en grand nombre. Par ces actions et bien d’autres, nous voulons préserver la qualité, assurer le bien-être et la sécurité des enfants, et poursuivre notre rôle d’éducation et de développement des enfants »,  a poursuivi Lucie Therriault, directrice générale du Regroupement.

Un consensus en faveur de la petite enfance qui ne cesse de croître

À bien des égards, les sommes que le gouvernement injecte dans les services de garde éducatifs de qualité constituent non pas une dépense, mais bien un investissement.

« Avec le remaniement ministériel de la semaine dernière, le premier ministre envoie le signal qu’un coup de barre majeur s’imposait. Les parents qui sont mobilisés depuis le début de l’année pour demander l’annulation des compressions et le réinvestissement dans les services éducatifs de qualité en petite enfance méritent d’être entendus. Il n’en tient qu’au gouvernement de faire les choix qui s’imposent », a conclu M. Senécal.