Le gouvernement maintient les compressions en éducation à la petite enfance malgré un surplus de 3,3 G$

Montréal, le 26 mai 2016 — Québec maintient les compressions en éducation à la petite enfance alors qu’il a enregistré un surplus de 3,3 milliards $.

« Le gouvernement affirme sur toutes les tribunes que l’éducation est une priorité, mais dans les faits, il resserre l’étau des compressions pendant qu’il nage dans les surplus », a affirmé Louis Senécal, président-directeur général de l’AQCPE, en réaction à la publication des règles budgétaires qui confirment les compressions déjà annoncées.

Le gouvernement a enregistré, après 11 mois sur 12, un surplus budgétaire total de 3,3 milliards $. Même après avoir versé 1,3 milliard $ au Fonds des générations, le gouvernement dispose encore d’un surplus de 2 milliards $.

« Le gouvernement savait qu’il se dirigeait vers des surplus, mais même devant cette nouvelle réalité, il persiste et refuse de réinvestir dans l’avenir du Québec, soit l’éducation de ses plus jeunes citoyens », a ajouté M. Senécal.

L’AQCPE a mis en branle une vaste campagne de mobilisation l’hiver dernier pour tenter de faire changer l’attitude d’austérité du gouvernement à l’égard des services de garde éducatifs à la petite enfance. En dépit d’une pétition signée par plus de 200 000 personnes pour dénoncer les compressions et de quelque 50 000 personnes qui ont participé à l’un des grands rassemblements ou des nombreuses chaînes humaines, le gouvernement a toujours prétendu que la situation financière du Québec commandait des compressions importantes dans les services éducatifs offerts à nos plus jeunes citoyens.

« Force est d’admettre que le gouvernement a clairement manqué de transparence en justifiant ces compressions sur une fausse crise des finances de l’État qui ne s’est jamais matérialisée. » a conclu Louis Senécal.