Maternelles 4 ans : appuyons-nous plutôt sur un réseau qui a fait ses preuves

Communiqué
Pour diffusion immédiate

Maternelles 4 ans :
Appuyons-nous plutôt sur un réseau qui a fait ses preuves

Montréal, le 13 juin 2017 — L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) s’inquiète de voir se multiplier les classes de maternelles 4 ans alors que toutes les conditions favorables au plein épanouissement des tout-petits sont déjà présentes dans les CPE, le premier maillon de la chaîne de l’éducation. Dans une perspective d’égalité des chances et de dépistage précoce, elle est d’avis qu’il faut miser sur ces derniers, car leur approche pédagogique, misant sur l’apprentissage actif et le développement global de l’enfant, se base sur les meilleures connaissances en matière de petite enfance et a démontré ses effets positifs à long terme.

« Les maternelles 4 ans ont été conçues pour rattraper les oubliés du système, ce qui est louable, a déclaré Hélène Gosselin, présidente du conseil d’administration de l’AQCPE. Mais pourquoi ne pas investir davantage dans un réseau qui a déjà fait ses preuves auprès des experts et des familles ? Pourquoi ne pas travailler plutôt sur les barrières à l’accès ? De tous les types de services éducatifs à la petite enfance, les CPE sont ceux qui accueillent le plus grand nombre d’enfants issus de milieux défavorisés. En fait, il ne manque que l’engagement de l’État afin qu’ils puissent en accueillir encore davantage. »

Les études scientifiques le démontrent

Les études ont fait la démonstration que les CPE soutiennent, en collaboration avec la famille, la préparation à l’école et constituent des milieux de vie les mieux adaptés aux besoins de tous les enfants de 4 ans. Par exemple, en novembre 2014, l’Enquête montréalaise sur le parcours préscolaire des enfants a conclu que les enfants issus de milieux défavorisés ayant fréquenté un CPE présentaient 2,5 fois moins de vulnérabilités dans l’un des domaines de leur développement. Cette démonstration n’a pas été possible pour les autres types de garde, incluant la maternelle 4 ans, car les résultats n’étaient pas concluants.

Plus encore, une étude sur la qualité éducative de la maternelle 4 ans a démontré qu’elle n’a malheureusement pas atteint ses objectifs, puisqu’elle ne réussit pas à favoriser la préparation à l’école des enfants issus de milieux défavorisés. Christa Japel, psychologue et professeure au Département d’éducation et formation spécialisées de l’UQAM, a d’ailleurs précisé, en entrevue à Radio-Canada, qu’il ne suffit pas de mettre des services en place ; il faut aussi se préoccuper de leur qualité et de la manière dont ils répondent réellement aux besoins des enfants.

« Des mesures doivent être mises en place pour favoriser l’accès à des services éducatifs de qualité en petite enfance, a ajouté Madame Gosselin. La Commission sur l’éducation à la petite enfance, une consultation publique démocratique, apolitique et indépendante, a elle-même recommandé dans son rapport que la priorité soit d’abord accordée à la fréquentation des services éducatifs à la petite enfance de grande qualité avant le développement des maternelles 4 ans. »

Par ailleurs, même le Conseil supérieur de l’éducation recommande précisément de combler le manque de places en CPE afin d’assurer que 90 % des enfants de 4 ans y ait accès.

À propos de l’AQCPE

L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est un réseau d’entreprises d’économie sociale représentant les intérêts de la majorité des centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, partout au Québec. L’AQCPE est reconnue auprès de ses nombreux partenaires comme un acteur de premier plan en petite enfance et sa mission est d’exercer un leadership national sur l’ensemble des enjeux liés aux services éducatifs et de garde à l’enfance.

– 30 –

Contact et informations :
Claude Deraîche
Directeur des communications
(514) 609-9060
claude.deraiche@aqcpe.com

Ressources