Le stress, partie intégrante du développement des tout-petits

Le stress est un phénomène normal de la vie quotidienne.  Souvent associé au rythme de vie effréné des adultes, nous savons maintenant (grâce à l’évolution de la recherche) que même les très jeunes enfants y sont confrontés. Il est important que les adultes le comprennent et reconnaissent les symptômes du stress chez les enfants d’âge préscolaire.[1]

À la maison, au service de garde ou même en jouant avec les autres, les enfants d’âge préscolaire font constamment face à des situations nouvelles. Rencontrer une nouvelle personne, aller dans un lieu inconnu, vouloir quelque chose qu’ils ne peuvent pas avoir, ou encore, perdre ou briser un de leurs jouets sont autant d’expériences qui peuvent être source de stress.

Si ces situations peuvent paraître anodines pour la plupart des adultes, elles ne le sont pas pour de jeunes enfants qui n’ont pas la même expérience de vie que les plus vieux. Ce faisant, les tout-petits sont souvent moins outillés pour gérer le stress. Il est donc normal que certaines expériences provoquent des réactions ou des comportements moins appropriés. Le rôle des adultes est d’accompagner l’enfant à trouver les moyens de réagir de manière positive aux situations stressantes. Ils développent ainsi des stratégies saines qui les aideront à s’adapter, à avoir un certain contrôle sur la situation et à se sentir compétents.  Ces apprentissages leur seront utiles tout au long de leur vie.

Le programme éducatif Accueillir la petite enfance est d’ailleurs éloquent à propos du rôle d’accompagnement de l’éducatrice :

« La personne responsable permet également à l’enfant de développer sa capacité d’exprimer et de contrôler ses émotions […] en lui montrant des manières efficaces et constructives de les exprimer, de façon sécuritaire et respectueuse d’autrui. Elle l’aide également à développer sa capacité à gérer les changements et les transitions, que celles-ci surviennent dans le milieu familial (déménagement, arrivé d’un frère ou une sœur, etc.) de l’enfant ou au service de garde (changement de groupe, de local, d’éducateur-trice, entrée à l’école), en les introduisant de façon progressive si possible, en mettant l’accent sur leur aspect positif, en encourageant les autres enfants à montrer leur empathie et leur soutien à l’enfant concerné, en permettant à un enfant de se sentir triste ou en colère à l’occasion ou en modifiant temporairement ses attentes envers lui, par exemple.[2] »

Mieux comprendre le stress chez les tout-petits

Développé par la Fondation de psychologie du Canada et dispensé par l’AQCPE, le programme Nos enfants et le stress permet aux parents, aux éducateurs et aux enseignants de découvrir…

  1. L’impact du stress sur les jeunes enfants, comment percevoir le stress et réagir face au stress des enfants ;
  2. Le rôle déterminant du lien avec les parents et les éducateurs dans l’apprentissage de la gestion du stress par les enfants ;
  3. Les techniques de gestion du stress adaptées à l’âge des enfants qui les aident à apprendre à se détendre et à faire preuve d’une plus grande résilience ;
  4. Des méthodes efficaces qui favorisent le développement affectif et la maîtrise de soi des jeunes enfants.

Pour en savoir plus sur la formation Nos enfants et le stress, cliquez ici !


[1] Fondation de psychologie du Canada, Programme préscolaire Nos enfants et le stressMD, Promouvoir la résilience et l’autorégulation dans les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants.