Tempête dans un verre de lait

Vous êtes nombreux à réagir à la publication d’un article de La Presse + publié le 4 janvier, « Nouveau Guide alimentaire canadien : les produits laitiers largement écartés ». Il est vrai que ce texte peut susciter bien des incertitudes, notamment quant à la place du lait dans l’alimentation. C’est pourquoi je tiens à clarifier certains points, de manière à vous éviter des décisions hâtives.

Attention : brouillon !

Un point important à retenir, c’est que le nouveau Guide alimentaire canadien n’est pas encore publié ; on l’a annoncé pour les prochains mois. Il est donc impossible de tirer des conclusions sur les messages qu’il véhiculera : il ne s’agit pour l’instant que de brouillons !

L’article de La Presse + s’est en fait intéressé au rapport d’une firme ayant sondé divers groupes pour tester le ton, le style et l’utilité de différents messages provisoires tirés du projet de Guide alimentaire. Par exemple, la firme a évalué si certains messages étaient plus motivants, pertinents et utiles que d’autres pour chaque segment ciblé de population. Ainsi, si le rapport de cette étude donne des indices sur les tendances suivies par Santé Canada, il ne peut être une référence absolue pour connaître à l’avance le contenu du nouveau Guide !

Nouvelle présentation, mêmes aliments

Il est néanmoins possible de relever des points intéressants sur ce qui semble s’annoncer avec ce projet de Guide alimentaire. Celui-ci proposerait essentiellement les mêmes aliments que par le passé, y compris le lait, mais sous une nouvelle présentation.

1- La notion de groupe alimentaire changerait : il ne serait plus question de portions prédéterminées de viandes et substituts, légumes et fruits, produits céréaliers et laits et substituts.

On miserait plutôt sur la promotion d’une alimentation variée dans laquelle on mettrait l’emphase sur les légumes et les fruits, les grains entiers et les aliments protéinés, lesquels comporteraient alors les produits laitiers, mais aussi les viandes, le tofu, les noix et les légumineuses.

2- Le Guide inviterait les Canadiens à faire des choix alimentaires non seulement selon les aspects nutritifs des aliments, mais aussi les considérations pratiques et économiques, ainsi que sociales. On conseillerait ainsi de cuisiner plus souvent des aliments de base, le moins transformés possible, et de partager nos repas en bonne compagnie, en favorisant le plaisir de la découverte !

3- Des valeurs liées au développement durable feraient leur chemin, notamment dans la valorisation des protéines végétales, dont l’empreinte écologique est moindre que les protéines animales.

Une évolution… dans la continuité !

Les recommandations visant la saine alimentation évoluent toujours, au fil de l’avancement des connaissances scientifiques et de l’émergence de nouvelles valeurs. Mais on ne réinvente pas la roue non plus ! Prenons par exemple le cadre de référence Gazelle et Potiron : il aura besoin de quelques ajustements linguistiques pour s’harmoniser avec le nouveau Guide alimentaire, mais ses grands principes seront plus que jamais d’actualité. Par exemple :

  • Offrir une variété d’aliments au cours de la journée
  • Proposer des aliments protéinés aux collations, par exemple du lait
  • Planifier au moins un repas végétarien par semaine
  • Assurer un contexte de repas propice à la saine alimentation et à la découverte
  • Et ainsi de suite !

L’équipe Saine alimentation de l’AQCPE est emballée de voir les orientations qui semblent sous-tendre le projet de nouveau Guide alimentaire canadien. Soyez assurés que nous resterons à l’affût des nouvelles concernant ce projet et que nous vous tiendrons au courant !