Dossier : Un milieu éducatif favorable au jeu extérieur

Pourquoi mon service de garde doit-il se préoccuper du jeu extérieur ? Les enfants passent en moyenne 60 à 65 % de leur temps d’éveil au SGÉ, ce qui en fait leur principal terrain de jeu. Le rôle du personnel éducateur quant au développement de l’enfant et à l’acquisition de saines habitudes de vie est donc déterminant.

Mais qu’est-ce que le jeu extérieur apporte de différent du jeu intérieur ? Le jeu extérieur, dans la cour, au parc, ou en milieu naturel, procure des occasions à l’enfant d’explorer et de faire des expériences physiques, motrices et multi sensorielles diversifiées. Aussi, l’extérieur, avec ses grands espaces, permet de bouger plus activement, plus librement, et d’exécuter d’amples mouvements, sur des surfaces parfois inégales.

Il permet à l’enfant de faire face à divers défis et à prendre les risques qu’il est prêt à relever. La prise de risque et les défis sont des éléments clés dans le jeu des enfants et dans leur développement. Quand un enfant joue dehors, il a l’opportunité « de prendre des décisions et de résoudre des problèmes, car le milieu extérieur est plus variable et moins structuré que les espaces intérieurs »1.

Lousse_shutterstock_140803870 Le pouvoir d’agir du SGÉ est donc grand, mais chacun, personnel éducateur et gestionnaires doit d’abord reconnaitre l’importance du jeu extérieur et ensuite faire un portrait juste (attardez-vous à l’orientation 11) juste du temps actif réel passé à l’extérieur dans l’horaire quotidien des enfants.

L’analyse de ce portrait permet bien sûr d’identifier les forces et les défis, mais aussi les freins aux jeux extérieurs qui devront être considérés dans une démarche visant à améliorer les pratiques.

Aussi, afin de soutenir son personnel à ajuster ses pratiques éducatives pour que celles-ci favorisent le jeu libre et actif à l’extérieur, le SGÉ gagnera à mettre en place ou à réviser ses mesures structurantes à cet effet.

Lousse_shutterstock_152100530Puisque le SGÉ est en coéducation avec les parents auprès de leur enfant, il s’assurera que ceux-ci soient dans le coup. En effet, la collaboration sera plus grande si les parents comprennent les orientations sur le jeu extérieur du SGÉ. Les outils de communications (ex : lettre aux parents) seront ici utiles pour les informer sur les bienfaits du jeu libre et actif à l’extérieur pour le développement global de leur enfant. Aussi, ils connaitront et seront préparés aux quelques inconvénients et inconforts possibles (saleté, égratignure, ecchymose, etc.) liés à l’action. La cohérence entre les pratiques du SGÉ et celles ayant court à la maison sera plus grande lorsque la communication et la collaboration avec les parents permets de les outiller et de les inspirer avec des idées à reproduire à la maison.