Le projet Alex

Alex, pour « à l’extérieur ». À l’extérieur des murs… et à l’extérieur du cadre pédagogique traditionnel. En s’inspirant des approches scandinaves d’immersion en forêt, tout en y associant certains principes de l’approche toscane, le projet Alex invite les services éducatifs à la petite enfance à explorer de nouveaux contextes et de nouvelles avenues pédagogiques.

Le projet-pilote se poursuit actuellement dans 14 CPE à travers le Québec, qui expérimentent en nature avec les tout-petits. La clef, c’est d’y aller selon le contexte propre à chacun : un boisé, un bord de mer, une ferme maraîchère… Parfois, cela amène également à naturaliser la cour extérieure ou ajouter des éléments nature à l’intérieur, pour suivre les intérêts et les expériences des enfants !

ALEX EN BREF !

Documentation pédagogique

Voyez quelques exemples de façons innovantes de développer votre documentation pédagogique !

Cliquez sur les images pour accéder au contenu.

Crédits : Maryse Gilbert
Crédits : CPE Jolicoeur
Crédits : Maryse Gilbert
Crédits : Bianca Lamarre et Michèle Leboeuf

La suite ?

Et ce n’est qu’un début ! Nous vous tiendrons au courant des bonnes idées développées. De plus, nous sommes à développer un outil qui vous soutiendra dans l’adoption de pratiques inspirées de l’éducation par la nature. C’est à suivre !

Un sondage sur les pratiques actuelles

Parce que le réseau a déjà mis en place une myriade d’initiatives prometteuses et inspirantes ! Au cours de 2019, nous avons mené un sondage afin de mieux connaître les pratiques actuelles en matière d’éducation par la nature. Près de 500 milieux de toutes les régions du Québec y ont répondu, dont environ le tiers de tous les CPE et la moitié de tous les BC de la province. Voici quelques points saillants issus du sondage :

  • La moitié (49 %) des répondants étaient situés en milieu urbain. Suivent ensuite, dans l’ordre, la banlieue (18 %), le village (18 %), le milieu rural agricole (8 %), et le milieu rural non agricole (4 %).
  • Près de 90 % des répondants ont une cour moyenne ou vaste ; toutefois, seuls 20 % des répondants ont une cour naturalisée.
  • 66 % des répondants ont accès à un milieu naturel soit directement, soit à moins de 500 mètres. Pour 89 % des milieux, il s’agit d’un boisé, le plus souvent municipal.
  • Les activités de routine (collations, dîner et sieste) sont rarement offertes à l’extérieur en période hivernale. Durant l’été, toutefois, les collations et les dîners se réalisent en plein air au moins quelques fois par mois, dans près d’un milieu sur deux. La sieste au grand air est beaucoup plus rare, même en saison estivale
  • Le jeu libre est le type d’activité le plus pratiqué à l’extérieur, été comme hiver, suivi par les activités planifiées par l’éducatrice. Fait à noter, la fréquence du jeu libre en plein air diminue très peu lors de la saison froide.
  • La contribution des parents aux pratiques d’éducation par la nature est encore timide et semble surtout associée aux sorties en milieu naturel, à titre d’accompagnateur (45 %) ou en soutien aux déplacements (22 %).
  • Les obstacles ou défis les plus souvent identifiés sont, dans l’ordre : l’âge des enfants, l’accès à un espace naturel, les conditions météorologiques, le transport et les déplacements, les risques et les attitudes du personnel.
  • Ce qui, selon les répondants, aiderait le plus pour offrir davantage d’expériences en milieu naturel, sont : l’aide au transport ou aux déplacements, l’accès à un espace naturel, la sensibilisation et la formation, et l’équipement et le matériel.

On parle d’Alex…

Réapprendre à jouer dehors, vu à JournalExpress.ca
Éducation par la nature : un mouvement en pleine effervescence au Québec !, vu à CentreDegres.ca

Alex est un projet de l’AQCPE inspiré de
l’initiative Grandir en forêt de 1,2,3, Go ! Limoilou