C’est l’enfant qui détermine la quantité d’aliments qu’il consommera

 

child-444991_1920Chaque enfant est unique. Les tout-petits n’ont pas tous les mêmes besoins au même moment. Aussi, la faim d’un enfant peut varier grandement d’une journée à l’autre et au cours d’une même journée selon sa croissance, son niveau d’activité physique et la quantité d’aliments mangés préalablement.

De ce fait, il est le mieux placé pour déterminer la quantité d’aliments nécessaire pour répondre à son besoin (le combien ?). Le rôle du personnel éducateur n’est donc pas de tenter de contrôler cette quantité, mais de l’aider à reconnaître et respecter ses signaux de faim et de satiété. Le service de garde (gestionnaires, personnel éducateur et responsable de l’alimentation) veille à offrir un menu composé d’une grande variété d’aliments de valeur nutritive élevée (le quoi ?). Il détermine un lieu adapté permettant les interactions (le où ?), l’horaire des collations et du dîner (le quand ?) et favorise une ambiance agréable, sans distractions (le comment ?).

L’approche démocratique

Ce partage de responsabilités soutient l’approche démocratique préconisée par le programme éducatif Accueillir la petite enfance ainsi que par le cadre de référence Gazelle et Potiron. Mais voilà ! Entre le principe théorique et les pratiques quotidiennes, certains défis peuvent se présenter. Il peut être difficile de laisser l’enfant déterminer la quantité d’aliments qu’il mangera, surtout lorsque l’adulte a la perception que celui-ci ne mange presque pas, est très sélectif ou mange trop.

CAR_0624La crainte qu’un enfant manque de nutriments, que sa croissance soit affectée ou encore qu’il demeure « difficile » peut influencer négativement les stratégies utilisées par le personnel éducateur. Il ne faut pas oublier que l’alimentation d’un enfant ne s’évalue pas sur une journée et encore moins sur un repas, mais plutôt sur une longue période (semaine, mois). De façon générale, en offrant un menu composé d’une variété d’aliments de chacun des groupes du Guide alimentaire canadien, l’enfant finira par combler ses besoins.

Le respect de la faim et de la satiété représente l’assise d’une relation saine avec la nourriture. Les pratiques à privilégier de l’orientation 2 de Gazelle et Potiron guident le personnel éducateur dans leur rôle professionnel à cet égard.

Pistes de réflexion :

  1. Quel est mon niveau de confort par rapport au fait de laisser l’enfant déterminer lui-même la quantité d’aliments qu’il mangera ?
  2. Qu’est-ce qui me préoccupe dans le fait de laisser l’enfant déterminer lui-même la quantité d’aliments qu’il mangera ?
  3. Qu’est-ce que je fais lorsqu’un enfant me dit qu’il a terminé :
    A) Dans le cas où il n’y a plus d’aliments dans son assiette ?
    B) Dans le cas où il reste des aliments dans son assiette ?
  4. Comment suis-je sensible aux signaux de faim et de satiété des poupons ? Des enfants ?

Les capsules vidéo suivantes peuvent servir d’éléments de discussion lors de vos activités d’équipe :

Retour aux Saviez-vous que ?