Dois-je être physiquement active pour être un modèle pour les enfants ?

On souligne souvent l’importance du rôle joué par les adultes pour favoriser un degré d’activité physique optimal chez les enfants. En effet, plusieurs résultats d’études laissent croire que la sédentarité de ces modèles adultes a un effet direct sur les comportements des plus jeunes. Les meilleures pratiques recommandent donc que ceux-ci prêchent par l’exemple en participant au jeu actif et en adoptant une attitude positive pour inciter les petits à en faire de même. Toutefois, le rôle du personnel éducateur ne s’arrête pas là ; celui-ci a une grande influence sur les occasions de bouger offertes aux petits tout au long de la journée.

jardinsoleil-115_fillette effort physiqueLes études nous démontrent que le jeu initié par l’enfant est plus bénéfique que celui qui est structuré ou dirigé. De plus, Dugas et Point1 soulignent, dans leurs écrits, que le pourcentage de temps passé en activité physique d’intensité modérée à élevée (APIME) varie en fonction de la nature du jeu.

« Les enfants sont plus actifs lors des jeux solitaires (28.5 %), ils passent 21.1 % du temps en APIME durant les jeux en duo avec un pair, 19.4 % quand ils sont en jeu de groupe sans adulte et 11.2 % du temps en jeu de groupe avec un adulte », mentionnent les auteurs.

Le temps consacré au jeu libre a diminué de 25 % et ce changement s’explique surtout par une augmentation du temps dans les activités structurées2.

En conséquence, les pratiques à valoriser dans les services de garde sont d’encourager et de favoriser le jeu libre et actif, de créer des environnements stimulants et sécuritaires, de permettre un libre accès au matériel pour finalement, accompagner l’enfant dans le développement de ses capacités et de ses habiletés.

De plus, sachant que les petits sont actifs de façon soudaine, intermittente et durant de courtes périodes de temps, il est bénéfique d’adapter la routine quotidienne à cette réalité. Il importe également que l’adulte s’assure de bien observer les façons de jouer de chacun, de connaître ses champs d’intérêt et de manifester de l’enthousiasme et de l’intérêt. Il dialogue et interagit avec l’enfant, tout en enrichissant ses jeux.

Fait intéressant, les auteurs ont noté que 40 % des CPE étudiés, utilisent comme punition des restrictions sur les activités physiques : cette pratique est à éviter.

Il est donc vrai que d’être un adulte actif est un incitatif. Toutefois, l’enfant demeure le premier agent de son développement. Il est donc essentiel de mettre en place des environnements stimulants afin qu’il puisse y être actif. Le service de garde a donc un rôle majeur à jouer :

  • Est-ce que le personnel éducateur encourage et favorise le jeu libre et actif ainsi que le développement moteur des enfants ?
  • Est-ce que le personnel éducateur les accompagne dans leurs jeux et les soutient dans le développement de leurs capacités ?

Retour aux Saviez-vous que ?