Plusieurs enfants ne font pas l’association entre un aliment « à l’état brut » et ce même aliment coupé en morceaux dans leur assiette !*

Et pourtant, la connaissance des aliments n’est-elle pas à la base de leur découverte ? Comment le personnel éducateur peut-il favoriser cette découverte ?

L’apprentissage de l’état brut et de la provenance des aliments représente une piste intéressante puisqu’elle permet aux enfants de faire un lien entre tous ces petits morceaux de différentes couleurs, et parfois minuscules, qui se trouvent dans les mets cuisinés présentés dans leur assiette.

Un sondage éloquent

harvest-1225592_1920Il y a lieu de se questionner : à quel point les enfants connaissent réellement les aliments qu’on leur propose de manger ? De l’autre côté de l’océan, l’Association santé environnement France s’est intéressée à cette question : en mai 2013, un questionnaire complété de façon anonyme par 910 enfants âgés entre 8 et 12 ans révèle la méconnaissance d’une majorité d’entre eux au sujet de nombreux fruits et légumes ainsi que l’origine des aliments transformés. Qu’en est-il des enfants d’ici ? Bien que nous n’ayons pas de données québécoises, il serait intéressant de se questionner sur cet aspect : qu’est-ce qui est fait dans nos services de garde pour aider les enfants à faire connaissance avec les aliments ? Selon une collecte de données réalisée par Extenso auprès de 303 éducatrices, le tiers n’explique que rarement ou jamais l’origine des aliments !

Cependant, faire circuler un ananas d’un local à l’autre pour permettre aux enfants de l’explorer ne sera pas un gage de succès à tout coup et pour tous les enfants. Rappelons-nous que chaque enfant est unique et possède son propre bagage de connaissances et d’expériences alimentaires. Donc, dans le respect de l’enfant, le personnel éducateur veillera à respecter les goûts de chaque enfant et son propre rythme dans le développement de ses goûts.

Soyez un modèle !

Le personnel éducateur veillera aussi à démontrer de l’enthousiasme et une attitude positive à propos des aliments qui sont présentés aux enfants puisque « lorsque des personnes familières consomment un aliment en même temps que l’enfant, ce dernier est rassuré et apaisé, ce qui l’amène à être plus ouvert par rapport à cet aliment »1. Mais attention ! Un enfant détectera rapidement si l’aliment en question ne plait pas à l’adulte.

*Extrait du Saviez-vous que…, Gazelle et potiron, p. 41

Retour au Saviez-vous que ?