Réaction de l'AQCPE au budget 2021-2022

Une avancée significative pour contrer la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau des services de garde éducatifs  

Montréal, le 25 mars 2021 – L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est satisfaite que le gouvernement s’attaque, et de façon robuste, à la pénurie de main-d’œuvre avec un investissement total de 64M$. De plus, bonne nouvelle pour les familles du Québec, 97,4M$ seront investis sur 5 ans pour encourager la création de places en milieu familial.

Citation

« Les sommes annoncées aujourd’hui pour contrer la pénurie de la main-d’œuvre dans le réseau des services de garde éducatifs sont une excellente nouvelle pour le réseau des CPE/BC et démontrent que le gouvernement a réalisé l’importance de l’enjeu pour la pérennité du réseau » a commenté Geneviève Bélisle, directrice générale de l’AQCPE.

Programme travail-études COUD

Propulsé par l’AQCPE, en prenant appui sur des projets régionaux déjà en place, le projet de COUD, qui se déploiera à l’échelle nationale, offrira une nouvelle avenue pour les étudiantes, partout au Québec. Elles pourront se former tout en vivant une expérience privilégiée en milieu de travail. Les 45M$ serviront à former 2 250 nouvelles éducatrices de la petite enfance qualifiées dans le réseau d’ici 2024.

Les 18,6M$ supplémentaires seront dédiés pour accroitre la main-d’œuvre qualifiée par :

  • La valorisation de la profession ;
  • L’octroi de bourses de 2 300 $ lors de la réussite des premier et deuxième stages pour environ 5 000 étudiantes en technique d’éducation à l’enfance ;
  • L’instauration d’un service de qualification interne centralisé ;
  • L’adaptation d’un parcours universitaire à l’intention de 2 190 cadres, afin qu’ils obtiennent une formation d’études supérieures.

Un incitatif attendu pour le milieu familial

À l’instar des ajustements qui ont été apportés dans le processus de développement de places, il était nécessaire de commencer à se pencher sur les modifications possibles pour valoriser les services éducatifs en milieu familial et favoriser leur développement et leur pérennité sur le territoire québécois. Les 97,4M$ sur 5 ans, qui serviront d’incitatifs aux RSG pour passer de 6 à 9 enfants avec une assistante, sont plus que bienvenus. Le gouvernement espère ainsi créer 3 600 places subventionnées additionnelles.

Une pièce manquante

Il va sans dire que les grands oubliés de ce budget sont les parents en attente d’une place de qualité en installation pour leur enfant. L’AQCPE espérait que le gouvernement poursuivrait sa lancée amorcée l’an dernier et que de nouvelles places en CPE seraient annoncées. Nous espérons maintenant que le ministre de la Famille inclura sa vision de l’achèvement du réseau en CPE dans ses consultations sur le livre blanc.

« Au cours des derniers mois, les témoignages déchirants de parents sans place pour leur enfant aux quatre coins du Québec se sont fait entendre. Le réseau des CPE est prêt à développer des places dès maintenant et espérait de bonnes nouvelles pour les parents. Selon nous, l’absence d’annonce de nouvelles places en CPE représente une pièce manquante de la stratégie de relance économique du Québec » a affirmé Geneviève Bélisle.

Consolider un réseau essentiel

« Les annonces d’aujourd’hui auront pour effet de consolider un réseau de première importance pour la société québécoise, en donnant de nouveaux moyens au réseau des CPE/BC. Néanmoins, nous sommes impatients de participer aux consultations de M. Lacombe pour voir, 25 ans plus tard, quelle impulsion il souhaite donner à ce réseau essentiel pour le Québec », a conclu Hélène Gosselin, présidente du conseil d’administration de l’AQCPE.