Petite enfance, grande importance : pour une intervention précoce de grande qualité auprès des enfants de milieux défavorisés

QUÉBEC, le 2 nov. 2015 – L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est heureuse de lancer de Petite enfance, grande importance, un projet novateur qui offrira aux enfants de 80 CPE en milieu défavorisé un environnement stimulant, grâce à des interventions éducatives ciblées soutenant leur développement cognitif, langagier et socioaffectif.

« Les premières années de la vie sont les plus importantes pour le développement d’une personne. Avant même la maternelle et le primaire, chaque enfant devrait avoir droit à des services éducatifs de qualité adaptés à ses besoins, afin de favoriser l’égalité des chances. C’est dans cette perspective que Petite enfance, grande importance a été développé. Les CPE sont le premier maillon de la chaîne de l’éducation et, à ce titre, ils peuvent porter des projets uniques qui auront un impact positif sur les enfants, leur famille et la société québécoise », a affirmé Louis Senécal, président-directeur général de l’AQCPE.

Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier d’Avenir d’enfants. « Petite enfance, grande importance est axé sur le développement global des enfants les plus vulnérables. Le projet permettra aux petits à qui est destiné le projet d’accroître leurs chances de vivre des réussites dans leur parcours scolaire et, plus largement, dans leur parcours de vie. De 2015 à 2019, plus de 5 200 enfants en bénéficieront », a mentionné Julie Meloche, directrice Partenariats chez Avenir d’enfants.

Un projet qui encouragera la collaboration CPE-parents

Petite enfance, grande importance vise une appropriation, par le personnel des CPE, des dernières connaissances en matière de développement des enfants et des besoins de la clientèle issue de milieux défavorisés. L’AQCPE accompagnera donc les CPE afin qu’ils mettent en œuvre des stratégies d’intervention ciblées et adaptées aux besoins de chaque enfant et qu’ils soient à même de connaître les facteurs de réussites qui favoriseront la mise en place d’une relation de coéducation avec ses parents.

« Le projet mise sur les éducatrices, les gestionnaires et les responsables pédagogiques afin qu’elles deviennent des agents multiplicateurs auprès des parents », a expliqué Geneviève Bélisle, directrice nationale du service éducatif à l’AQCPE.

Pour Nathalie Bigras, qui dirige l’équipe Qualité éducative des services de garde et petite enfance à l’UQAM et qui siégera sur le comité d’évaluation du projet, « les recherches sur la petite enfance démontrent que cette période est déterminante pour le développement des tout-petits, particulièrement pour ceux vivant en milieu défavorisé. Il est donc primordial de mettre en place et d’évaluer des programmes prometteurs, tel Petite enfance, grande importance, qui contribuent à maintenir un haut niveau de qualité des CPE du Québec. »

Les CPE : les milieux les plus favorables au déploiement d’un tel projet

Au Québec, ce sont 6 familles sur 10 qui résident dans un territoire défavorisé sur les plans social ou matériel, voire les deux à la fois. Or, d’après une enquête réalisée par l’Agence de la santé publique de Montréal, les CPE sont les mieux outillés pour assurer le plein développement des enfants provenant d’un tel milieu, alors que ceux-ci seraient 3,6 fois moins susceptibles d’être vulnérables dans deux domaines ou plus de leur développement s’ils fréquentent un CPE plutôt qu’un autre service de garde.

DSC_9414

(De gauche à droite) Thérèsa P-Bernier, ressource nationale d’accompagnement, Lauri Guinard-Gélinas, ressource nationale d’accompagnement, Louis Senécal, président-directeur général de l’AQCPE, Julie Morissette, ressource nationale d’accompagnement, Geneviève Bélisle, directrice nationale Qualité des services éducatifs, Julie Meloche, directrice Partenariats, Avenir d’enfants, Marie Collet, ressource nationale d’accompagnement, Hélène Gosselin, vice-présidente de l’AQCPE et directrice générale du CPE Les Mousses, Francine Tellier, coordonnatrice du projet, Marc-André Delorme, chargé de projet, Partenariats et innovation à Avenir d’enfants, François Chagnon, professeur-chercheur retraité, expert du transfert et de l’utilisation des connaissances, Nathalie Bigras, Ph. D., professeure titulaire au Département de didactique de la Faculté des sciences de l’éducation et directrice scientifique de l’équipe de recherche Qualité éducative des services de garde et petite enfance.