Affaires publiques et gouvernementales16 juin 2021

Consultation sur les services de garde à l’enfance

Consultation sur les services de garde à l’enfance

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Consultations sur les services éducatifs à l’enfance

Faire vraiment le choix des tout-petits

Montréal, le 16 juin 2021 – L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) était la première organisation à présenter son mémoire aujourd’hui, dans le cadre des consultations nationales sur les services de garde éducatifs à l’enfance. Au-delà des axes et des recommandations pointues, nous sommes venus demander au gouvernement et à la société de faire un choix : celui des tout-petits.

Un droit universel dans la loi

Le Québec a l’expérience, les connaissances et la volonté pour reconnaitre officiellement, dans la Loi sur les services de garde éducatifs, le droit de tous les enfants à des services éducatifs à la petite enfance de qualité de façon non obligatoire. Cette reconnaissance entrainerait une obligation pour l’État de s’assurer que ce service soit offert et accessible partout au Québec, à l’instar du réseau scolaire. Ainsi, le développement de places et la qualité de celles-ci ne seraient plus tributaires de l’air du temps.

Un choix qui s’impose… une évidence

Les débats et détours occasionnés par le développement chaotique du réseau ont trop longtemps accaparé l’attention et retardé le déploiement du potentiel extraordinaire de ce projet de société. Des sondages des préférences de parents aux nombreuses études portant sur la qualité, en passant par le positionnement des partenaires, c’est l’évidence : ce sont les modèles des centres de la petite enfance (CPE) et du milieu familial, régi et subventionné qui s’imposent.

Citations

« Tout geste qui ne va pas en ce sens est un geste qui défie la logique et doit être questionné. Nous ne sommes plus à l’époque du développement de places sans condition. Le Québec sait où trouver la qualité, il est impensable de ne pas la viser. Nous avons tout en main pour répondre aux préférences des parents, nous assurer que les places dans lesquelles le gouvernement investit soient de qualité et pérennes », a affirmé Geneviève Bélisle, directrice générale de l’AQCPE. « On dit souvent que le mieux est l’ennemi du bien, mais dans le cas des tout-petits, le mieux devrait toujours primer. Avoir un engagement assumé et un plan de développement connu éviterait de refaire les erreurs du passé et d’enfin réaliser nos aspirations pour les tout-petits, » a insisté Mme Gosselin.

Valoriser les professions de la petite enfance, sans délai

Il va sans dire qu’une des conditions incontournables de succès est l’apport essentiel des différentes professions de la petite enfance, le personnel éducateur en tête. L’impasse de la pénurie de main d’œuvre ne pourra être réglée sans un rattrapage historique de leurs conditions salariales. La reconnaissance de l’importance du rôle, des connaissances, des responsabilités et de l’intensité de la tâche du personnel éducateur en petite enfance est aussi intrinsèquement liée à une formation adéquate. La qualification doit être un objectif parallèle au développement des places de manière à ce qu’au terme du développement, l’ensemble du personnel éducateur soit qualifié.

Changer le paradigme du milieu familial et le soutenir

En profonde transformation, le milieu familial est le choix de dizaines de milliers de parents. L’AQCPE considère qu’il est nécessaire d’en reconnaitre les spécificités et d’en faire activement la promotion. De même, les responsables de services de garde éducatifs (RSG) doivent être reconnues comme des professionnelles à part entière et être accompagnées et soutenues comme telles, dans le respect de leur unicité.

Citation

« Il faut revoir toutes les activités de surveillance ou de contrôle qui n’ont pas de valeur ajoutée sur le plan de la santé, de la sécurité, du bien-être ou de la qualité. Les bureaux coordonnateurs sont prêts à faire ce changement de posture et nous demandons au ministère de la Famille de faire de même », a précisé Geneviève Bélisle.

Les enfants en contexte de vulnérabilité au cœur des décisions

Le temps est venu de mettre tous les efforts pour rejoindre et accompagner ces enfants, en priorité. Cela passe nécessairement par un accès à une place de qualité, mais aussi par la reconnaissance du rôle de premier plan du réseau des CPE/BC dans la détection et l’intervention auprès de ceux-ci. En faire un endroit où convergeraient les ressources et les services, sans que les parents n’aient à s’éparpiller pour les trouver.

Citation

« Nos aspirations pour les tout-petits du Québec ont été maintes fois vaines. Il est plus que temps, comme le disait M. Legault lors de son discours inaugural, d’être ambitieux et audacieux pour nos enfants », a conclu Hélène Gosselin.

À propos de l’AQCPE

L’AQCPE exerce un leadership dans la représentation, le rayonnement et l’accompagnement d’un réseau éducatif de CPE/BC de qualité pour les enfants de 0 à 5 ans. À titre d’expert en petite enfance, l’AQCPE vise à concrétiser le projet de société d’offrir à tous les enfants de 0 à 5 ans un accès universel à des services éducatifs de qualité en CPE/BC en collaboration avec les familles.  rest-post-id