La gestion de la saine alimentation
La gestion de la saine alimentation
4 min

Les obligations du CPE à l’égard de l’offre alimentaire

Flèche de navigation
Flèche de navigation

Les obligations légales de la corporation

L’offre alimentaire dans les CPE est encadrée par des articles de la Loi sur les services de garde éducatifs à l’enfance. Il y a aussi deux règlements qui sont tirés de la Loi, soit le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance, et le Règlement sur la contribution réduite. 

Dans la Loi, on présente à l’article 5 que le programme éducatif du CPE « comprend également des services de promotion et de prévention visant à donner à l’enfant un environnement favorable au développement de saines habitudes de vie, de saines habitudes alimentaires et de comportements qui influencent de manière positive sa santé et son bien-être. » Le CPE joue donc un rôle actif dans le développement de saines habitudes alimentaires chez les enfants. La saine alimentation fait partie du quotidien au CPE, autant pendant les repas qu’en dehors de ceux-ci. 

Un menu sain et partagé

Dans le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfanceà l’article 110 mentionne que le CPE « doit, lorsqu’il fournit aux enfants des repas et des collations, s’assurer qu’ils sont conformes au Guide alimentaire canadien publié par Santé Canada. » De plus, à l’article 112, on précise que le CPE « doit afficher le menu hebdomadaire pour consultation par le personnel et le parent; il s’assure que les repas et les collations servis aux enfants sont conformes au menu affiché. » 

  1. Le CPE doit offrir chaque jour deux collations et un dîner qui respectent le Guide alimentaire canadien, lequel a été révisé en 2019. Il y a désormais trois groupes alimentaires : les aliments protéinés, les légumes et fruits, et les grains entiers. Chaque diner au CPE doit offrir au moins un aliment provenant des trois groupes. 
  2. Le menu doit être affiché à la vue des parents. Si des changements sont apportés par la responsable de l’alimentation, ils doivent être précisés sur le menu. Plusieurs CPE font analyser leur menu par une diététiste-nutritionniste afin de s’assurer qu’il est conforme aux recommandations nutritionnelles pour la petite enfance. 

Les repas et les collations : combien et quand?

Dans le Règlement sur la contribution réduite, l’article 6 apporte des précisions sur ce que l’on doit offrir en termes de repas et collations selon la fréquentation de l’enfant. 

 « En contrepartie de la contribution réduite, le prestataire de services de garde doit fournir à un enfant de moins de 5 ans au 30 septembre de l’année de référence: (…) 

– 2° les collations si l’enfant est gardé durant les heures prévues pour leur distribution; 

– 3° le repas du midi ou du soir si l’enfant est gardé durant les heures prévues pour les repas ou, dans les autres cas, le petit déjeuner. Pour fins de comparaison, la grande majorité des CPE offre la collation du matin vers 9 h, le dîner entre 11 h et 11 h 45, et la collation de l’après-midi vers 15 h. » 

Adapter les menus

L’article 111 du RSGÉE précise que le CPE « doit suivre les directives écrites du parent quant aux repas et collations à fournir à son enfant si celui-ci est astreint à une diète spéciale prescrite par un membre du Collège des médecins du Québec. » 

L’offre alimentaire au CPE doit être sécuritaire pour tous les enfants. C’est pour cette raison que le CPE peut adapter les aliments servis à un enfant qui a une condition médicale, par exemple des allergies ou des intolérances alimentaires. Les changements au menu se feront en concordance avec les recommandations du médecin de l’enfant.

Concrètement, la conformité aux obligations en matière de saine alimentation implique de…

Connaitre les lois et règlements encadrant l’alimentation au CPE/BC. 

Mettre en place des mesures de suivi pour assurer le respect des lois et règlements. 

Discuter avec les parents des besoins d’accommodements alimentaires et les communiquer au personnel. 

Pour passer à l'action